Le Refuge de la Team France

Dans un lieu à l’abri des regards, baptisé le Refuge par la Team France et son lauréat 2021, Davy Tissot, Megève a eu la chance de partager un moment hautement gastronomique avec les membres de l’équipe, désormais en pleine phase de préparation aux finales européennes du Concours du Bocuse d’Or qui se déroulaient en Estonie les 15 et 16 octobre 2020.
Le Refuge, un nom qui en dit long sur les instants que partage la Team au sein de cet endroit qui pourrait s’apparenter à une chaleureuse demeure. Niché tout à côté de l’Institut Paul Bocuse, ce lieu aurait pu ne jamais voir le jour ; le bâtiment était dédié à la destruction. Maçonnerie, peinture, carrelage… la Team, soutenue et aidée par ses partenaires et supporters, a retroussé ses manches et a transformé ce local en un espace de vie et d’entraînement, parfaitement aménagé pour répondre à leurs besoins. Finalisé une semaine avant le confinement, Davy a ainsi pu s’y dédier à sa préparation, depuis le mois de mars.

Un entraînement digne d’athlètes

Ayant laissé les rênes du restaurant Saisons* à Ecully le temps du Concours à un autre Chef, Davy Tissot et la Team se réunissent tous les jours au Refuge afin de se concentrer sur la prochaine échéance, les sélections européennes à Tallin.
Dans cette aventure, Davy, Nicolas, Naïs et Julien sont épaulés par une pléiade de Chefs pour la plupart aguerris au Concours. Sous la présidence de Serge Vieira, Jean Sulpice, Alain le Cossec, Fabrice Prochasson ou encore Thibaut Ruggeri, mègevan et lui-même grand vainqueur du Bocuse d’Or en 2013, les coachent et les accompagnent au quotidien, se relayant les uns, les autres.
Dans un espace pensé comme un bureau, les membres de la Team se retrouvent pour faire des recherches gastronomiques et échanger sur leurs sources d’inspiration, un véritable incubateur d’idées ! Une salle de sport attenante est entièrement équipée afin de réaliser de véritables circuits training. « L’entraînement sportif est primordial dans ce genre de concours. Il fait partie d’une hygiène de vie saine. Tous les jours, j’encourage mes coéquipiers à dépasser leurs limites et à trouver un juste équilibre entre sport et réflexion culinaire. Désormais d’ailleurs, ils réclament leur séance de yoga hebdomadaire » se réjouit Davy Tissot.

Le feu en cuisine

En cuisine, l’ambiance est déjà exaltée. Avec ou sans peau, mariné ou sans marinade, trempé dans le lait… le poisson chat, thème de l’épreuve sur assiette des demi-finales, a déjà fait l’objet de nombreux essais afin de déterminer de quelle manière l’équipe le présentera lors des demi-finales !

Il faut dire que c’est un met que les français n’ont pas l’habitude de travailler. Davy Tissot confie même ne jamais en avoir cuisiné dans sa carrière. Après s’être enquéri auprès de pêcheurs des caractéristiques de ce poisson, avoir effectué des recherches et pris conseil auprès d’amis asiatiques… il lui semblait déjà plus familier. « L’objectif est de s’approprier le produit tout en conservant notre identité avec des éléments de notre terroir et en apportant des notes créatives ».

Norvège, Danemark, Suède, Asie, Shanghai, Singapour, Dubaï… après la sélection française, le candidat au Bocuse d’Or avait choisi de voyager pendant près de deux mois afin de s’inspirer de cultures et de techniques culinaires variées. Un tour du monde étoilé !

Enrichi de ces voyages, il entend se servir de ses différentes expériences pour briller lors de la sélection européenne où il devra également rivaliser d’imagination pour préparer la caille, thème de l’épreuve sur plateau. Forte de ses entraînements et de ses multiples soutiens, la Team espère détrôner les pays nordiques et remporter le Bocuse d’Or lors de la finale mondiale programmée en juin 2021 à Lyon.

Depuis cette rencontre, Davy Tissot s’est qualifié à la 6e place des finales européennes et a reçu le prix du Plateau lors des sélections de Tallin. Prochaine étape, la grande finale de Lyon pour laquelle Megève soutiendra le candidat de sa présence !

3e édition | Concours de la Meilleure Fondue de Megève, les candidats se préparent

Le concours de la Meilleure fondue de Megève était de retour pour sa 3e édition. Très attendu des habitués de Toquicimes, beaucoup se sont pressés dimanche 18 octobre sur la place du village pour assister à la grande finale. Avant cela, les restaurateurs avaient rendez-vous pour les pré-sélections samedi 22 août !

Quel plaisir de contempler les chefs mègevans sélectionnés, s’affairer avec concentration à la préparation de leur fondue et les membres du grand jury la déguster.
Qu’ils soient situés au cœur du village ou sur les pistes, cette année, ce sont neuf restaurants de Megève qui étaient prêts à relever le défi !

  • Le Vieux Megève
  • Chalet le Forestier
  • L’Alpette
  • Sur les prés
  • Le Dahu
  • Le Refuge
  • Les Fermes de Marie
  • Le Hibou Blanc
  • L’Alpage

Des recettes authentiques et créatives

Après avoir bien peaufiné leur recette, préparé avec minutie leurs meilleurs ingrédients et répété leurs gestes inlassablement, ils ont présenté au jury, lors des pré-sélections du 22 août, leur interprétation de cette recette emblématique de la cuisine de montagne.
Cette année, le concours mettait en valeur les fondues les plus originales et créatives. Pour départager les candidats, le jury composé de cinq membres, professionnels des métiers de bouche, sous la présidence de MICHEL ROSTANG – Chef de la Maison Rostang – 4 toques Gault&Millau et 2 étoiles Michelin, a concentré son jugement sur des thèmes bien précis comme l’approche gustative, qui rapportait le plus de points, suivie de l’esthétique du contenant et du contenu mais également le dressage et l’attention apportée aux arts de la table.
Enfin, une petite partie du barème était réservée à l’évocation d’anecdotes ou d’histoires particulières à propos de la recette.

La finale a eu lieu dimanche 18 octobre sur la place du Village. Et n’oubliez pas de continuer à vous régaler  des différentes recettes de nos amis restaurateurs !

2e édition | La fondue de Megève | Et les heureux finalistes sont …

Dimanche 13 octobre 2019, 12h00, roulements de tambours au son des cloches des vaches… au cœur du concours de la Race Abondance, les noms des 8 participants retenus pour la finale du concours de la Meilleure Fondue dans le cadre de Toquicimes, étaient officiellement annoncés !

Des prétendants de qualité

Au mois d’août, quatorze candidats s’étaient prêtés au jeu des pré-sélections, afin de viser le titre de la Meilleure Fondue de Megève 2019. Onctuosité, crémeux, goût, alliance des fromages, gestuelle… autant de critères qui auront été jugés afin d’élire les huit concurrents qui en découdront dimanche 20 octobre sur la place du village lors de la grande finale, parmi les temps forts de Toquicimes !

Nous remercions vivement tous les restaurateurs qui ont relevé le défi pour leur accueil et la qualité de leur réalisation parmi lesquels : Le Plein Sud, L’Alpette, le Coucou Café, Le Restaunome, Le Comptoir d’Alice et le Café de la Poste.

Une finale très attendue

Quant aux autres participants, rendez-vous était fixé dimanche à partir de 9h pour des joutes culinaires hautement festives et conviviales, à l’issue desquelles le grand vainqueur de la distinction de Meilleure Fondue de Megève se voyait déclaré ! Le Hibou Blanc, remettait son titre en jeu et affrontait sept challengers : Le Refuge, Nano Caffè, Les Fermes de Marie, Les Grands Crus de Fondue au M de Megève, La Marmotte à l’Hôtel Rent, Sur les Prés et Le Vieux Megève.

Grand gagnant ou heureux perdants, nous vous invitons à goûter, chez tous les restaurateurs de Megève, les différentes alliances de fromages qui créent toute la richesse du patrimoine montagnard au travers de ce plat emblématique qui invite au partage et à la convivialité !

L’histoire d’une saga familiale

Famille Sibuet,
Maisons et Hôtels Sibuet

Précurseurs de l’art de vivre à la montagne, la saga familiale des Sibuet est indissociable de l’histoire contemporaine de Megève.

Portés par la volonté de proposer des établissements différents, intimistes et authentiques, Jocelyne et Jean-Louis Sibuet s’aventurent, en 1981, dans un petit hôtel de charme à Megève, Au Coin du Feu, qu’ils ennoblissent.
En 1989, ils posent la première pierre des Fermes de Marie avant de redonner à l’Hôtel Mont-Blanc, en 1994, ses lettres de noblesse. Deux ans plus tard, l’âme des Sibuet envahit le Lodge Park. L’esprit entrepreneur de Jocelyne et Jean-Louis Sibuet les mènera ensuite en Provence, à Lyon et à Saint-Tropez.

À partir de 2011, c’est en famille que l’aventure se poursuit, accompagnés de leur fille Marie et leur fils Nicolas, avec Altapura, à Val Thorens. 2014 est l’année du coup de coeur pour le mythique Hôtel des Dromonts, établissement historique d’Avoriaz, suivi de Terminal Neige Totem à Flaine, puis Terminal Neige – Refuge du Montenvers en juillet 2017. Après avoir distillé leur art de vivre dans les Alpes et en Provence, la famille Sibuet trouve la perle rare Villa Marie sur l’île de Saint-Barthélémy.

Aujourd’hui insufflée avec passion par la 2e génération, Marie et Nicolas, la philosophie Maisons et Hôtels Sibuet est intimement liée à la gastronomie. Dans ses restaurants, la famille Sibuet prône une cuisine savoureuse imaginée à partir de produits simples et authentiques, choisis au fil du marché. Elle privilégie les producteurs de talent, sélectionnant le meilleur de chacun d’entre eux suivant les saisons : poisson des lacs de nos montagnes, pièces de viande Metzger, fromages signés Boujon…
À chaque table son univers et ses plats signature : au Restaurant des Fermes de Marie, les grosses coquillettes aux truffes et jambon de Sauget partagent la carte avec la sole au vin de Savoie. Côté desserts, on se délecte des créations gourmandes de Grégoire Sermon, Chef pâtissier de Maisons et Hôtels Sibuet.
Aux Enfants Terribles
, on déguste les grands classiques de la cuisine française revisités : filet de bœuf façon «Enfants Terribles», exclusif lobsteroll, authentique sole meunière, sans oublier le banc d’écailler et autres spécialités.

Le Beef Lodge est un repaire de trappeurs à l’esprit steak house pour amateurs de belles pièces de viandes en provenance des meilleurs élevages. L’Alpage des Fermes de Marie joue avec succès la carte de l’authenticité au sommet : jambon de montagne séché dans la cheminée, crozets de Tarentaise ou encore truite de torrent sel des Alpes et herbes du Tour…

Un modèle de réussite

Famille De Rothschild,

Edmond De Rothschild Héritage

Prestige, charme et authenticité sont autant de mots que Megève doit à la famille de Rothschild. Depuis un siècle, la station vit et grandit, grâce à un professionnalisme de renom et à un respect sans faille des valeurs.

Le fruit d’un héritage

Aujourd’hui considéré comme le plus beau village des Alpes, la station a débuté son développement en 1920, suite au souhait de la Baronne Noémie de Rothschild de créer un lieu de rencontre hivernale en France. Sur les conseils de son moniteur de ski Trygve Smith, elle découvre Megève et les splendides panoramas visibles depuis le plateau du Mont d’Arbois. Ce site merveilleux est digne de rivaliser avec la station des Alpes suisses, Saint-Moritz, qu’elle s’est lassée de fréquenter. Le Palace du Mt d’Arbois voit le jour. Le 1er golf, les 1ères remontées mécaniques, l’altiport… sont progressivement aménagés sous la houlette de la Baronne. Edmond de Rothschild, fils de Noémie, Benjamin, son petit-fils et son épouse Ariane, perpétuent le rêve de cette dernière en construisant de nouvelles prestations de luxe.

Le reflet d’une tradition

L’ouverture du Four Seasons Hotel en 2017, temporairement fermé, s’inscrit dans la continuité de l’histoire entre Edmond de Rothschild Héritage et Megève. Elle renforce le positionnement de la station au sein d’une dynamique internationale et l’inscrit dans un projet de développement à long terme. Si, au départ, l’ambition de Noémie de Rothschild consistait à faire du village une destination emblématique, ce sont aujourd’hui des clients du monde entier qui se retrouvent sur les pistes du Mt d’Arbois. Au sein du Four Seasons Hotel se rencontrent extrême raffinement, art et qualité environnementale. Cette excellence est sans compter les prestigieux restaurants.

La gastronomie en lumière

Le Kaito, restaurant japonais de fusion pan-asiatique, offre une vaste terrasse et sublime avec originalité les plats. Le 1920, restaurant iconique de Megève et récompensé par deux étoiles du Guide Michelin est bercé par la cuisine locale du Chef Julien Gatillon dont le mantra est :
« le bon produit au bon moment ». Entre aiguillettes de daurade royale cuites au sel, tomates cocktail à la burratina crémeuse ou encore filet de veau de lait grillé à l’ail des ours, la simple lecture du menu porte véritablement l’eau à la bouche ! La cuisine de cœur d’un jeune Chef s’adapte ici à la tradition Rothschild, magnifiant les ingrédients les plus précieux et enchantant les lieux.